Le bon résultat de la société gestionnaire de la BRVM cache ses piètres performances au niveau des cours des sociétés cotées.
Avec un résultat net de 2050 millions de FCFA, contre 1050 une année plutôt, la société gestionnaire de la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan a réalisé une fastueuse année 2008 et ce en dépit d’une conjoncture plutôt morose sur cette place.
PICT0603
Cet excellent résultat est toutefois à mettre en équation avec la baisse générale des cours des sociétés cotées à Abidjan. Ainsi, l’indice composite a fondu de 10,4% sur l’année 2008, soit -14,2% en termes de dollars. C’est une importante chute, comparée à l’année 2007 où le même indice avait augmenté de 76,6%.

Néanmoins, le volume des transactions journalières a doublé entre les deux exercices pour atteindre 628 millions de F CFA. Quant à la capitalisation boursière, elle était en retrait, soit 7,1 milliards de dollars contre (2 200 milliards de F CFA) 8, 4 en 2007.

Les investisseurs, locaux et étrangers, qui ont supporté la chute générale de l’indice pourront, en spéculant sur les raisons de l’embellie de la société gestionnaire de la BRVM, se consoler sur le partage des 252 milliards de dividendes et d’intérêts distribués.

Côté investisseurs, parmi les raisons qui militent pour l’optimisme, figure le PER particulièrement bas 8,7x de la BRVM à la fin 2008. Ce terme signifie qu’en moyenne l’épargnant qui investirait dans cette place n’aura qu’à patienter 8,7 années de distribution de dividendes (sans tenir compte des variations) pour récupérer ses billes. Au 31 décembre de l’année 2008, les Bourses de Casablanca et de Tunis affichaient respectivement des PER de 15,6x et de 11,6x.

AW

Lire également: La Brvm multiplie son capital social par 5