Il suit Okibat.com depuis plus d’une année, et nos échanges sur facebook ont conduit à une rencontre où j’ai tout de suite voulu qu’il nous explique un peu plus ce qu’il fait.
Qui est M Craig Hitchcock ?

craigH Qui suis-je ? Je suis un ressortissant Britannique, bien que je préfère dire que je suis un Anglais. Je suis né à Londres le 13 mai 1948. Ancien officier formateur en leadership dans la Royal Air Force, aujourd’hui dans le privé avec en Cote d’ivoire les fonctions de Président du Business Council for Africa –Côte d’Ivoire (Conseil aux Entreprises pour l'Afrique - Côte d'Ivoire), le Président du Abidjan Business Friends Club (Amicale des Hommes et Femmes d’Affaires d’Abidjan), et un membre du Conseil d’Administration de la Chambre de Commerce Américaine en Côte d’Ivoire (Am Cham CI).

Un anglais au conseil d’administration de la chambre de commerce américaine ?

Oui ! En fait, après les événements de Novembre 2004 à Abidjan, lorsque la Cham Am a fermé ses portes, ainsi que d’autres associations professionnelles ici, ABFC est resté ouverte, et j'ai invité les membres de Am Cham à nous rejoindre pour nos déjeuners, afin de maintenir les partenaires sociaux. Lorsque Am Cham a ré-ouverte ses portes, pour me dire “ merci ”, ils m'ont invité à rejoindre le Conseil d’administration.

Voulez vous nous en dire plus sur les deux associations que vous présidez ?

Abidjan Business Friends Club, est un club où nous les anglophones et d’autres personnes parlant l’anglais, nous nous retrouvons une fois par mois autour d’un repas. L’adhésion est gratuite.

Le 2e, Business Council for Africa – Cote d’Ivoire, est un réseau d’hommes et de femmes d’affaires de différentes nationalités qui établissent des contacts pour le développement de leurs business. L’adhésion ici est payante avec un prix variable, selon que l’on est une entreprise ou un consultant privé

Concrètement, vos activités consistent à quoi ? Qu’est ce qu’un entrepreneur peut gagner en y adhérant et qu’est ce qu’il doit apporter aux autres?

Ce sont toutes fondamentalement des organisations de mise en réseau, mais ont des priorités et des objectives différentes.
Le ABFC a été créé comme une plateforme pour parler l’anglais, mais non limité aux Anglophones, ni organisations, dans le but de créer une plate-forme ou un forum, où gens de toutes les couches de la société (entreprises, diplomatiques, ONG, individus, etc), puissent se rencontrer et échanger des opinions, idées et leurs problèmes. Structuré de manière très informelle, j’ai trouvé depuis les 9 années où je suis membre (dont 6 en tant que président) des solutions les plus improbables aux problèmes de tous genres en un seul endroit !

Le BCA CI, j'ai déjà évoqué est un réseau des entreprises orientée beaucoup plus formellement, et maintenant vraiment panafricain avec des liens très forts au sein de l'Union Européenne. Notre rôle consiste à aider les hommes et des femmes d'affaires, généralement ceux qui sont nouveaux et juste « venturing » dans le pays ou nous avons une représentation, en rendant les contacts d'affaires, et fournissant des données et ‘ renseignements ’ qui devaient normalement les prendre beaucoup plus de temps à obtenir. Nous pouvons fournir des informations et des conseils très précis et à jour et parce que nous sommes “ sur le terrain”, nous pouvons les apporter une aide pendant des 'événements ou d’autres problèmes imprévus.

AM Cham est une organisation style Chambre de Commerce et d’Industrie classique, spécifiquement conçue pour répondre aux besoins des hommes et femmes d’affaires Américains qui cherchent à travailler avec la Côte d’Ivoire dans un sens, et pour les Ivoirien(ne)s qui cherchent à travailler avec les États-Unis.

Est-ce ces associations sont réservées aux blancs ou aux sociétés uniquement ? Qui peut y adhérer ?

Elles ne sont certainement pas réservées pour les blancs ! Le Président de la Cham Am est une très charmante Dame noire américaine! Toute personne peut s'inscrire si elle ressent le besoin de le faire, et croit qu'elle peut y trouver un avantage.
Dans ABFC, j'ai des Ambassadeurs, directeurs de grandes banques et sociétés internationales. J'ai un grand nombre d'entreprises locales, et ‘ sole traders ’, tels que les agents immobiliers, d'assurance les courtiers ainsi que des ONGs, étudiants, enseignants … la liste est interminable ! Et à la dernière réunion, 75 % des personnes présentes étaient des non-blancs et 15 pays différents étaient représentés !

BCA, comme AM Cham, sont plus formelles. Le coût d'adhésion dépend de votre propre organisation et structure et vos besoins, et les exigences que vous avez, sur la taille de votre organisation. J'espère que vous allez publier les adresses électroniques divers de nos contacts après cette interview et quiconque veut plus d'informations peuvent m'envoyer un mail et ils doivent obtenir une réponse dans non plus que 48 heures.

Selon vous quel impact peut avoir un réseau social sur internet, type viadeo ou facebook, dans le développement d’un businessman ?

Il peut avoir un impact énorme sur le développement d'une personne ou d’une entreprise ; Mais cela dépendra de comment cette personne ou les entreprises gèrent ses contacts. Un réseau social peut ouvrir des portes et vous pouvez trouver des personnes qui prendraient autrement des semaines de démarche dans les rues. Il peut avoir aussi un effet négatif, si vous n'êtes pas attentif. Si vous déclarez vos affiliations politiques sur Facebook, puis vous pourriez bouleverser quelqu'un d'une affiliation différente ; et je dis constamment aux jeunes de l’Université, surveillez comment vous dirigez et comment vous écrivez. La personne en train de lire vos messages, ou vous utilisez un argot et/ou un langage inapproprié, peut être bientôt le DRH en train de lire votre CV que vous envoyez quand vous cherchez un emploi!!

Que pensez vous de l’économie ivoirienne, et en parlez vous dans vos activités ?

Je peux répondre aux deux moitiés de la question avec la même réponse ! Lorsque j'étais récemment en Angleterre, la siège du BCA m'avait demandé de donner une conférence sur la Côte d’Ivoire ; C’était la première présentation de ce genre cette décennie. J’ai été honoré de découvrir que parmi les personnes participant à ma conférence se trouvait votre ambassadeur en Angleterre et son conseiller commercial. J'ai dit à l'auditoire exactement ce que je ressens et a estime sur la Côte d’Ivoire ; qu'il était un pays riche en ressources et en potentiel, et je veux parler non seulement de l’huile, l’or, le fer, le cacao, le café, etc., mais aussi ses ressources humaines, physiques et intellectuelles.

craig_hitchcock

Puis, s'agissant de l'Ambassadeur, je lui ai rappelé que les observations formulées dans le salle de conférence ont été privilégiés et que je n’attendait pas de recevoir un billet aller simple à la MACA à mon retour à Abidjan après mes commentaires prochaines ; il a rit !!

J’ai ajouté que les problèmes fondamentaux de la Côte d’Ivoire sont la corruption endémique et mal-administration ; la corruption du côté de la route “ les tracasseries par les forces de l'ordre publique, jusqu'à la corruption à tous les niveaux de l'administration publique. La mal-administration parmi les fonctionnaires pour “ ralentir ” un processus qu'ils ont été payés pour effectuer, pour obtenir “ édulcorants ” pour faire avancer le processus. Trop nombreuses couches de l'administration, si dans le service public, ou aux Quangos, organisations de style ( http://fr.wikipedia.org/wiki/autorit%C3%A9_administrative_ind%C3%A9pendante ) créé pour “ stimuler, contrôler, développer, etc., que ce soit du secteur qu'ils étaient créé en (voir le café et cacao secteur ; idem le riz) mais en vérité des puits pour enlever l’argent !

Il y a une nécessité d'obtenir immédiatement et aussi rapide et autant que possible d’abandonner ces mauvaises et anciennes pratiques et d'utiliser les richesses naturelles du pays à développer la nation, et plus d’engraisser les portefeuilles et les comptes bancaires de la ‘classe privilégié ’ (en suspens pour quelques ovations ; et je ne suis pas à la MACA pour cet entrevue!). C'est le même message que je donne d’ailleurs lorsque je parle avec les divers syndicats des étudiants, tels que l'AIESEC et au nombre croissant de coopératives agricoles des jeunes et des femmes, qui cherchent mes conseils.

Quels conseils pouvez vous donnez à un jeune entrepreneur africain ou ivoirien en particulier ?

C’est une question à la fois facile et difficile, pour lequel il n'est pas une réponse simple, ni une seule réponse. Évidemment, il leur faut du travail dur et en appliquant eux-mêmes la main à la pâte. Mais devenir un entrepreneur provient de l'éducation, soit formel ou informel et en apprenant vos leçons, en faisant des erreurs et en reconnaissant ces erreurs et pourquoi ils ont été faites. Ecouter et observez les expériences des autres, mais ne pas s'attendre à copier ou d'imiter. Développer votre propre style et méthodologie ! Par-dessus tout, être courageux et prendre des risques bien réfléchis. Celui qui ne dépense rien, ne gagne rien !
Rejoindre des groupes de réseau tels que les miens, les organisations de services tels que le Rotary, Table Ronde, Lions, etc.. Lire autant que possible, sur papier ou sur l’Internet. Ne pas s'attendre à réussir immédiatement … regarder de Bill Gates ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Bill_Gates ), il a commencé dans le garage de son parent ! Lire sa Biographie et celui de Richard Branson ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Branson ).

Vous êtes maître de votre destin ! Si, comme beaucoup le font, vous dites : “ l’État me doit une vie ” ou “ je n'avais pas eu la chance à l'école ”, vous êtes destinés à échec ! Prenez le destin dans vos propres mains, cirer des chaussures, nettoyer les voitures, puis emploient personnes à faire pour vous, puis aller ‘ up market ’ …, accédez à l'école, accédez à la bibliothèque, en savoir plus et en savoir plus et pour en savoir plus. À la fin de votre vie vous ne serez pas appris un millionième de ce qui était disponible pour vous d'apprendre, mais apprenez le morceau qui vous convient, et exploitez le! N'abandonnez pas ; ne pas être un perdant, mais un gagnant. Ne pas se plier sur n'importe quelle religion que vous pratiquez pour vous aider ; la mienne dit que Dieu aide ceux qui s'aide eux-mêmes!! Ceux qui passent la plupart de leurs temps sur leurs genoux, ne réalisent rien !

Une dernière question, quels sont les projets de BCA dans les prochains mois ?

Le BCA-CI démarrera des réunions mensuelles en septembre. J'ai besoin de conférer avec mes confrères d’autres associations ( CCICI, AM Cham, etc…) pour éviter les conflits de calendrier, une sorte de synchronisation, de manière à ce qu’il n’y ait pas des conflits avec d'autres activités.
Contrairement à mon rôle professionnel approprié en International Business Consulting, qui est très proactive, BCACI est plutôt réactive aux besoins des hommes et femmes d’affaires visiteurs ou des Ivoirien(ne) qui veulent se tourner vers l'extérieur, et nous répondons rapidement à leurs besoins et demandes.

En Octobre, j'ai quatre missions entrantes à prendre en charge, y compris une importante institution financière basé à Londres (qui existe depuis la fin des années 1680… aucun prix pour deviner qui!) … qui vont arriver pour conduire une évaluation des risques politiques, financières et économiques au nom d'une importante société internationale. D'autres qui vont arriver incluent les secteurs miniers, pharmaceutiques et agricoles. Donc nos prochains mois seront occupés !
Je dois également rechercher le soutien plus approfondi des Institutions et entreprises Ivoiriennes qui pensent vraiment que la façon de quitter la crise est de laisser les anciennes méthodes derrière, et avancer. Je suis toujours disponible pour quiconque souhaite me rencontrer … mes coordonnées sont beaucoup dans le domaine public, et j'attends avec impatience d’échanger avec elles.

M Craig, Merci

Ça a été un plaisir, et je sais que nous allons nous rencontrer et échanger à nouveau et probablement plus tôt que plus tard !
Dieu Bénisse la Côte d’Ivoire

BCA-CI : bc4a.ci@gmail.com
ABFC :   abidjanbusinessfriendsclub@yahoo.co.uk
Am Cham CI:   amcham@ameritechafr.com

Interview réalisée par Euclide Okolou