Yahoo-Reuters - Déçu par les performances de la Bourse et les taux d'intérêt offerts par les banques pour votre épargne ? Investissez votre argent dans de solides vaches, comme certains Français ont commencé à le faire.

Alors que le taux d'intérêt du Livret A, le placement le plus populaire en France, est tombé à 1,25%, les promoteurs de ce nouveau type d'investissement estiment qu'il peut rapporter de 4 à 5% par an pour une mise de 1.200 euros par animal.

Pierre Marguerit, directeur de Gestel, une entreprise du sud-est du pays qui gère quelque 30.000 vaches pour le compte d'un millier d'acheteurs, constate que les ventes ont doublé l'an dernier, preuve de l'engouement des Français. vache_04

"Vous avez la possibilité d'acheter une ou plusieurs vaches qui sont placées en location chez les éleveurs professionnels", a-t-il expliqué à Reuters. "Vous avez un troupeau qui va augmenter au fil des années si vous gardez les naissances."

"Chaque année, un troupeau de vingt vaches va rapporter une de plus, grosso modo 4 à 5% par an", a-t-il ajouté. Même si la natalité est plus importante que ce qui est prévu, il faut tenir compte du taux de mortalité, tandis que d'autres animaux sont vendus pour financer les coûts. Mais une année particulièrement bonne pourrait se traduire par un taux allant jusqu'à 7% par an, a-t-il poursuivi.

VALEUR FLUCTUANTE

Les investisseurs ont le choix entre vendre les vaches et encaisser les recettes ou laisser leur troupeau croître pour se bâtir un pécule pour la retraite.

Les animaux sont loués aux éleveurs, qui bénéficient des revenus de la traite sans devoir investir.

La valeur des bêtes est fluctuante, en fonction du prix de la viande, du lait et de la nourriture pour les vaches.

Mais Pierre Marguerit souligne qu'il est resté stable cette année alors que les prix du lait ont chuté et que l'augmentation de la population mondiale fera monter les cours.

Les contrats de location de vache n'ont rien de neuf.

Cette pratique remonte au XIIe siècle, quand les monastères qui louaient des animaux aux éleveurs étaient taxés pour financer les guerres de Richard Coeur de Lion.

En outre, il y aurait un côté éthique.

"C'est mieux que placer son argent à la Bourse ou dans une banque qui enrichit des traders", estime Jean-Claude Janes, un retraité qui bénéficie d'un revenu de 5.000 à 6.000 euros par an grâce à son troupeau de 60 vaches.

Edité par Yves Clarisse