L'intelligent d'Abidjan - Les Douanes ivoiriennes, représentées par leur directeur général, le colonel major Alphonse Mangly et la Direction générale de Nestlé Côte d’Ivoire M. Vladimir Wendl ont conclu le mardi 1er septembre 2009, un protocole d’accord afin de renforcer la lutte contre la contrefaçon et la piraterie.

Tisser un lien de partenariat en permettant aux services des douanes de pouvoir distinguer les produits originaux de ceux contrefaits et assurer une viabilité du secteur privé, notamment Nestlé-CI. Tel est le sens du protocole d’accord que la direction générale des douanes ivoiriennes et celle de Nestlé Côte d’Ivoire ont signé le mardi dernier. Pour les deux parties signataires, c’est un accord gagnant-gagnant, en ce sens qu’il participe à la préservation de l’équilibre économique, en assurant le jeu de la libre concurrence, tout en épargnant du marché les contrefacteurs et les contrebandiers.

NESTLE

En effet, connue de par ses effets de nuisance sur les économies, la contrefaçon cause d’énormes désagréments au secteur privé ivoirien et, partant, menace les emplois. Eu égard aux effets dévastateurs de ce phénomène mondialement combattu, pour les deux parties signataires du protocole d’accord, il urge que le secteur privé et les douanes unissent leurs forces pour le combattre. «La contrefaçon, vous savez, c’est un danger pour nos marques. Nous investissons énormément en recherche et développement (près de 2 milliards suisses (…) Et puis la contrefaçon vient affecter tout cela. Alors, pour faire le calcul de tout cela, je pourrais vous donner un chiffre en termes de pertes. C’est en fait tout ce que nous investissons pour développer nos marques qui se font attaquer. C’est énorme. En plus, il y a du danger pour nos consommateurs», a expliqué M. Vladimir Wendl.

Qui a ajouté que l’enjeu principal de la lutte contre la contrefaçon est la préservation de la santé des consommateurs et de l’image du groupe. «Des consommateurs consomment ces produits et pensent que ce sont les nôtres», a-t-il déploré. Le colonel major Alphonse Mangly dont la lutte contre la contrefaçon fait partie de son plan d’actions a souligné l’importance de à renforcer la coopération entre le secteur privé et ses services. Pour mieux traquer le phénomène, le Dg des Douanes a relevé la nécessité pour ses hommes de se former et apprendre à distinguer les produits originaux des faux. Dans la mesure où lui-même, étant Directeur général des douanes ne sait pas faire la part entre les produits contrefaits et les vrais. Ainsi pour matérialiser le protocole d’accord, la direction générale de Nestlé-CI a remis à Alphonse Mangly un véhicule de type 4X4, quatre ordinateurs portables, quatre radios talking-walking et un fax.

Honoré Kouassi