Sidwaya - Le lancement du rapport “Doing business 2010” a eu lieu mercredi 9 septembre 2009 à Ouagadougou. Les résultats du Burkina Faso dans le domaine de l’amélioration du climat des affaires ont été positivement appréciés par les représentants de la Banque mondiale, du secteur privé et du gouvernement.

“Le Burkina Faso demeure parmi les cinq meilleurs pays réformateurs de l’Afrique au Sud du Sahara”. Cette assertion est ressortie lors du lancement du rapport “Doing business 2010” hier mercredi 9 septembre 2009 à Ouagadougou. A cette occasion, une vidéoconférence a permis d’avoir les résultats du pays en termes d’amélioration du climat des investissements. Ainsi, dans le classement général de “Doing business 2010”, le Burkina Faso occupe la 147e place sur 183 pays classés. Soit une progression de huit places, comparativement à 2009.

Depuis Washington, les représentants de la Banque mondiale (BM) ont félicité le Burkina Faso pour les efforts consentis. Sabine Hertveldt (animatrice principale de la vidéoconférence) a reconnu que le “pays des Hommes intègres” a fait un grand pas dans l’amélioration du climat des affaires et constitue une référence en Afrique dans le domaine. Toutefois, les représentants de la BM ont souligné que le pays peut mieux faire. Les domaines où le Burkina Faso doit encore, selon eux, redoubler d’effort sont entre autres, l’accès aux crédits, les tribunaux, le commerce transfrontalier...

Le gouvernement burkinabè a été représenté au lancement de “Doing business 2010” par les ministres en charge du Commerce, Mamadou Sanou et de l’Habitat, Vincent Dabilgou. Le ministre Mamadou Sanou, tout en se félicitant des résultats du Burkina Faso qui est “parmi les bons élèves”, a indiqué qu’il y a du travail à faire pour davantage de rayonnement. Pour M. Sanou, il ne suffit pas d’être seulement bien classé, mais il faut qu’il y ait de l’impact sur le terrain. Son collègue, Vincent Dabilgou est du même avis.

Il a soutenu que l’amélioration du climat des affaires doit se ressentir dans tout le pays, à travers les acteurs locaux. Pour leur part, la représentante-résidente de la Société financière internationale (SFI), Aïda Der Havanessan et le directeur programme “Doing business better in Burkina”, Alain T. Traoré ont souhaité que le progrès du Burkina Faso aille de mieux en mieux. La vidéoconférence a permis également de présenter la situation du Mali. C’était une occasion pour les participants des deux pays de poser des questions d’éclaircissement à l’issue des différents exposés. Les participants étaient essentiellement des journalistes, des économistes, des représentants de l’Etat, du secteur privé, etc. En rappel, le rapport Doing business est publié chaque année, depuis 2004, par le groupe de la Banque mondiale et la SFI. L’objectif général est de provoquer une prise de conscience des problèmes liés au climat des investissements, le groupe de la BM étant à l’avant-garde de la modernisation du secteur privé dans les pays en développement. La représentante-résidente par intérim de SFI a annoncé le doing business better in Burkina pour mars 2010.

Alban KINI (alban_kini@yahoo.fr) et Moustapha DIALLO (Stagiaire)

Source: Lefaso.net