Il semble que mes cris ont trouvé une oreille auprès de l’autorité de régulation du marché boursier de l’Uemoa (Crepmf). Vous vous souvenez peut être qu’il y’a quelques mois j’ai eu à publier ces deux articles pour lesquels j’ai reçu beaucoup de réactions dans la rue :

- Sociétés Cotées à la Brvm : Publiez vos résultats trimestriels

- Le Calvaire des investisseurs privés à la Brvm

sg_crepmfEh bien, en Novembre dernier une rencontre entre l’autorité de régulation et les responsables de l’information financière des sociétés cotées, les commissaires aux comptes et  les ordres nationaux des experts comptables de l’union, a décidé de corriger ces lacunes. Une circulaire doit être publiée en ce sens probablement l’année prochaine. Et le Crepmf souhaite concevoir une base de donnée d’informations financières apparemment différente de celle de la Brvm. 

Toutes ces bonnes intentions sont intéressantes à entendre mais ne réjouissent à l’excès que ceux qui ignorent à quel point le Crepmf (Son Sg sur la photo) avance à pas d’escargot. Nous parlons de cette administration lourde qui parle de revoir la tarification du marché depuis je ne sais plus combien d’années, de celle qui a attendu 15 mois pour annoncer au marché conformément à ses propres textes l’agrément de Phoenix Capital comme Sgi à la Brvm. On garde tout de même espoir. Peut être qu’au prochain mandat, ses dirigeants se ressaisiront. En attendant, je vous offre un extrait du communiqué final de cette réunion. 

« Ils (les participants) ont souhaité que les délais de publications desdites informations (financières) qui s’appuient sur les textes de l’OHADA soient réduits pour tenir compte de spécificité du marché financier. En effet, les textes de l’OHADA définissent un cadre général alors que l’information financière « gouverne et dirige » les marchés financiers et doit être disponible immédiatement.

Des échanges ont également eu lieu relativement aux trois catégories d’informations prévues par la réglementation à savoir :

                        les informations périodiques ;

                        les informations importantes ou événementielles ;

                        les informations liées aux franchissements de seuil. 

S’agissant des informations périodiques, les parties prenantes se sont engagées à tout mettre en oeuvre pour améliorer sensiblement la situation actuelle afin que les sanctions ne soient que l’ultime recours du Conseil Régional pour faire appliquer les textes en vigueur. Par ailleurs, les Commissaires aux Comptes assurant une mission permanente de contrôle au sein des sociétés cotées, ces informations périodiques (semestrielles et trimestrielles) devraient être contrôlées et publiées avec l’opinion des Commissaires aux Comptes contenue dans les attestations.

En ce qui concerne les informations importantes ou événementielles, les participants ont été sensibilisés à l’importance de leur publication.

S’agissant des informations liées aux franchissements de seuil, les Commissaires aux Comptes veillant également à l’égalité entre les actionnaires veilleront au respect du cadre réglementaire actuel.

Enfin, il a été retenu que l’appréciation de l’opportunité de la diffusion de certaines informations puisse être préalablement discutée avec le Conseil Régional afin d’éviter toute confusion dans le marché. » Lire tout le document ici

Euclide